Les nouveautés législatives en droit du travail : ce que les avocats doivent savoir


Le paysage législatif en matière de droit du travail évolue constamment, et les avocats se doivent de rester informés des dernières modifications pour défendre au mieux les intérêts de leurs clients. Cet article propose un tour d’horizon des nouveautés législatives en droit du travail, afin de vous aider à mieux comprendre les enjeux et les implications pour votre pratique professionnelle.

La réforme de l’assurance chômage

L’une des principales nouveautés législatives dans le domaine du droit du travail concerne la réforme de l’assurance chômage. Entrée en vigueur le 1er juillet 2021, cette réforme a pour objectif principal de mieux protéger les travailleurs précaires et d’inciter à la reprise d’un emploi durable. Parmi les mesures phares, on note la modification du calcul de l’allocation chômage, qui prend désormais en compte l’intégralité des jours travaillés et non travaillés sur une période donnée. Cette réforme a également instauré un bonus-malus sur les cotisations patronales d’assurance chômage pour les entreprises de plus de 11 salariés dans certains secteurs d’activité. Les avocats spécialisés en droit du travail devront donc tenir compte de ces nouvelles dispositions lorsqu’ils conseilleront leurs clients, qu’il s’agisse d’employeurs ou de salariés.

Le renforcement du télétravail

La crise sanitaire du COVID-19 a eu un impact majeur sur le monde du travail et a conduit à une généralisation du télétravail. Afin d’encadrer cette pratique et de garantir les droits des salariés, le gouvernement a publié un décret en décembre 2020 qui précise les conditions de mise en œuvre du télétravail. Celui-ci prévoit notamment la nécessité d’un accord collectif ou d’une charte élaborée par l’employeur, ainsi que des dispositions spécifiques concernant la prise en charge des frais professionnels et le droit à la déconnexion. Les avocats devront être particulièrement attentifs à ces nouvelles règles, car elles pourraient être à l’origine de nombreux contentieux entre employeurs et salariés.

L’élargissement du dispositif FNE-Formation

Le Fonds national de l’emploi (FNE) est un dispositif destiné à financer des actions de formation pour les salariés en activité partielle. Face à la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19, le gouvernement a décidé d’étendre ce dispositif et de simplifier ses modalités d’accès. Désormais, toutes les entreprises peuvent bénéficier du FNE-Formation pour leurs salariés, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. De plus, le montant pris en charge par l’État a été augmenté jusqu’à 100 % des coûts pédagogiques pour les entreprises de moins de 300 salariés. Les avocats devront donc informer leurs clients employeurs de ces possibilités de financement pour favoriser la montée en compétences de leurs salariés et prévenir les risques de licenciement économique.

La lutte contre le harcèlement sexuel et les discriminations

Les questions liées au harcèlement sexuel et aux discriminations ont pris une importance croissante ces dernières années, notamment avec le mouvement #MeToo. Pour renforcer la lutte contre ces comportements, plusieurs mesures législatives ont été mises en place. Parmi celles-ci, on note l’obligation pour les entreprises de désigner un référent en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes, ainsi que la création d’une infraction spécifique pour les faits de harcèlement commis en ligne. De plus, la loi du 9 mai 2019 a instauré une obligation de transparence sur les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes pour toutes les entreprises d’au moins 50 salariés. Les avocats spécialisés en droit du travail devront donc être vigilants à ces nouveautés législatives, qui pourront donner lieu à des contentieux ou à des demandes d’indemnisation.

Face aux évolutions législatives en matière de droit du travail, il est essentiel pour les avocats d’être à jour sur ces sujets afin de prodiguer des conseils avisés à leurs clients. La réforme de l’assurance chômage, le renforcement du télétravail, l’élargissement du dispositif FNE-Formation et la lutte contre le harcèlement sexuel et les discriminations sont autant de domaines dans lesquels les avocats doivent se montrer particulièrement vigilants pour répondre aux attentes et aux besoins de leurs clients en matière de droit du travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *