Arbitrage d’investissement : Compétence des tribunaux nationaux


L’arbitrage d’investissement est un outil essentiel pour les investisseurs et les États en cas de litige. Cependant, la compétence des tribunaux nationaux dans ce domaine soulève des questions complexes et controversées. Dans cet article, nous examinerons le rôle et la compétence des tribunaux nationaux dans l’arbitrage d’investissement.

Le cadre juridique de l’arbitrage d’investissement

L’arbitrage d’investissement est un mécanisme de règlement des différends entre un investisseur étranger et un État hôte. Il repose sur des accords internationaux, tels que les traités bilatéraux d’investissement (TBI) ou les conventions multilatérales, qui prévoient des droits et protections pour les investisseurs étrangers. Lorsqu’un litige survient, l’investisseur peut soumettre le différend à un tribunal arbitral plutôt qu’à un tribunal national.

Cette option permet aux parties de bénéficier d’une procédure plus rapide, plus spécialisée et moins politisée que les tribunaux nationaux. Toutefois, cette compétence exclusive des tribunaux arbitraux a été critiquée pour son manque de transparence et sa remise en cause du principe de souveraineté étatique.

La compétence des tribunaux nationaux dans l’arbitrage d’investissement

Les tribunaux nationaux ont un rôle à jouer dans l’arbitrage d’investissement, même si leur compétence est limitée. Leur intervention peut être nécessaire à différentes étapes du processus arbitral :

  • Avant l’arbitrage : les tribunaux nationaux peuvent être saisis pour déterminer si l’investisseur a épuisé les voies de recours internes avant de saisir un tribunal arbitral, conformément à certaines conventions internationales.
  • Pendant l’arbitrage : les tribunaux nationaux peuvent assister le tribunal arbitral en adoptant des mesures provisoires ou en ordonnant la comparution de témoins.
  • Après l’arbitrage : les tribunaux nationaux ont le pouvoir d’examiner et d’annuler une sentence arbitrale si elle est entachée de vices de forme ou de fond, tels que la violation du principe du contradictoire ou l’irrégularité de la procédure.

Ces interventions des tribunaux nationaux sont encadrées par des conventions internationales, telles que la Convention de New York, qui harmonisent les règles relatives à la reconnaissance et à l’exécution des sentences arbitrales étrangères. Toutefois, cette compétence limitée des tribunaux nationaux soulève des questions quant à l’équilibre entre le respect de la souveraineté étatique et la protection des droits des investisseurs étrangers.

Défis et perspectives

Le rôle des tribunaux nationaux dans l’arbitrage d’investissement soulève plusieurs défis. Tout d’abord, la confidentialité des procédures arbitrales limite l’accès des tribunaux nationaux aux informations pertinentes. Ensuite, les tribunaux nationaux peuvent être confrontés à des problèmes de compétence et de conflits de lois, qui rendent difficile la coordination entre les différentes juridictions impliquées.

Ces défis appellent à une réforme du système d’arbitrage d’investissement pour renforcer la coopération entre les tribunaux nationaux et les tribunaux arbitraux. Cette réforme pourrait passer par la création de mécanismes de dialogue et de partage d’informations, ainsi que par l’établissement de normes communes en matière de transparence et de compétence.

En conclusion, si les tribunaux nationaux ont un rôle limité dans l’arbitrage d’investissement, leur intervention est essentielle pour garantir l’équité et la légitimité du système. Une réforme globale du cadre juridique international s’impose pour renforcer cette coopération et assurer un équilibre entre la protection des investisseurs étrangers et le respect de la souveraineté étatique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *